Logo Lux Aeterna

CAPELLA SACRA
Ensemble Instrument et Vocal International Professionnel

# ouverture de la saison 2018/2019 en Alsace
le 15 septembre 2018 à HUNAWIHR
# ouverture de la billetterie le 1er juillet 2018

Présentation et analyse des oeuvres musicales

Les Sept Dernières Paroles du Christ, Josef Haydn

Analyse détaillée de l'oeuvre par Gilbert Buecher & Cyril Pallaud

"La musique commence là où s'arrête le pouvoir des mots", cette citation de Richard Wagner illustre parfaitement l'oeuvre écrite en1786 par Haydn, qui en reçut commande, de la part du Chanoine de la Cathédrale de Cadix. Comme à l’accoutumée, le génie de notre compositeur transcenda ce contexte difficile pour nous livrer une œuvre d’une profondeur inouïe, touchant directement au cœur, chacun des mouvements lents étant une exégèse sincère, profonde et véritable de chaque mot prononcé par le Christ. A l'origine pour orchestre seul, l'oeuvre connut un tel succès qu'elle fut très rapidement transcrite, par le compositeur lui-même, pour quatuor, pour choeur et orchestre et, par un collègue, pour piano seul.

M.A. Charpentier, à l’ombre du soleil

Tel Janus, la postérité joua quelque peu avec Charpentier : d’un côté l’Ouverture de son Te Deum devint, sans doute, le morceau de musique classique planétairement le plus célèbre grâce à l’Eurovision et, d’un autre côté, la véritable et sincère redécouverte du corpus compositionnel du compositeur (doté de plus de 550 références) fut timide et tardive.

De son vivant, notre compositeur pâtit des mêmes déboires. S’il entretenait d’excellentes relations avec Louis XIV et la famille royale, l’omnipotence lullienne lui interdit tout poste à la Cour du Roi, le reléguant –symboliquement- au deuxième poste du royaume le plus important en terme de musique sacrée, à la Sainte-Chapelle. Cette « quarantaine » forcée est due, avant tout, à la lutte d’influence entre factions « italienne » et « française ».

En effet, sous l’ère Mazarin, les italiens dominèrent largement la cour de France, dans tous les domaines. Suite à la Fronde et au départ du cardinal, tant Louis XIV que la noblesse développèrent un anti-italianisme ardant, portant désormais aux nues le nouveau « style » français, image d’un royaume triomphant dont le porte étendard musical devint Jean-Baptiste Lully, pourtant né à Florence ! C’est dire si notre jeune Charpentier, formé auprès de Carissimi à Rome, ne put s’imposer avant la mort du grand Jean-Baptiste, survenue en 1687. Dès lors, n’ayant que peu de chances de s’imposer dans le genre de la tragédie lyrique, Charpentier se tourna vers la musique sacrée, genre qu’il affectionnait tout particulièrement de part les fonctions qu’il occupait en tant que maître de musique chez les jésuites depuis 1687, poste fourni par son premier mécène Mademoiselle de Guise, la très pieuse Marie de Lorraine, chez qui il fut compositeur et chanteur haute-contre à partir de 1680.

La Naissance de la « Messe » comme genre musical

Les 12 Messes que nous laisse Charpentier constituent les douze véritables premières « messes » comme genre musical que nous possédons en France. Nous devons ainsi à notre compositeur d’avoir établi durablement un nouveau style, celui de la messe concertante d’origine italienne, autrement dit de la mise en musique de l’ordinaire de la Messe avec une conduite autonome des instruments, pratique qui n’existait pas en France antérieurement. La plus célèbre d’entre elles n’est autre que La Messe de Minuit qui correspond à la mise en musique de la première des trois messes de Noël prévues par la Liturgie (Messe de la Nuit – Messe de l’Aurore – Messe du Jour). Composée en 1694 pour les Jésuites, elle renoue avec une pratique ancestrale consistant à insérer des mélodies populaires au sein d’œuvres sacrées, procédé pourtant formellement interdit depuis le Concile de Trente, lesdites mélodies des Noëls étant souvent des reprises de chansons moins « recommandables ».

Sacrée ou Profane ?

Les 10 noëls utilisés par Charpentier dans son œuvre lui confèrent une expression des plus spécifique, particulièrement enjouée et dansante, notamment grâce à leur aspect modal archaïque et à leurs enchaînements harmoniques inattendus. Leur caractère strophique permet à Charpentier d’utiliser à merveille le principe du thème & variations plaçant son œuvre sous le sceau de la diversité des styles. Mais si la modernité de son approche est saisissante, il n’en réfère pas moins à la tradition dans l’alternance entre passages purement instrumentaux & vocaux, véritable hommage à la pratique de l’alternatim qui était alors la règle. Entre Danse et hommage… 

La Grande Messe Inachevée de Mozart

Oeuvre inachevée ou achèvement de l'oeuvre ? 
Analyse inédite & complète - mars 2017 - Cyril PALLAUD - 40 pages.

La "NelsonMesse" de Josef Haydn

Cyril Pallaud, musicologue, vous propose l'analyse de la "NelsonMesse" de Josef Haydn.

Présentation de l’Oeuvre de Mendelssohn

Cyril Pallaud, musicologue, vous présente l'Oeuvre musicale de Mendelssohn qui sera l'objet du concert de fermeture de la saison internationnale.

Stabat Mater

Analyse du Stabat Mater d' A.VIVALDI et de GB. PERGOLESE

"Kirchensonaten" de Mozart

Cyril Pallaud, musicologue, vous propose l'analyse du concert Mozart de Blotzheim, centré sur les Kirchensonaten.